10 janvier 2013

Le Début du Commencement

 

Cher Toi,

Tu te demandes peut-être "comment cela se fesse ?", qu'à plus de de 30 piges je me retrouve face à cette situation que l'on appelle communément, le célibat.

Sache, jeune frippon curieux, qu'il n'en a pas toujours été ainsi et que sur les 12 dernières années écoulées, j'ai largement eu l'occasion de goûter aux charmes et aux calvaires de la vie de couple (une fois 2 ans et une autre fois près de 7 ans, entrecoupées d'une période de totale solitude) ! Fait somme toute notable, laissant donc à penser que je suis loin d'être une sauvage hystérique, incapable de vivre sous le même toit qu'un mâle.

 

J'ai donc déjà eu la joie de connaître les repas qui n'en finissent pas les longs dimanches pluvieux avec "une belle-famille", les courses en duo dans un hyper-marché bondé ("Mais pourquoi tu prends du riz complet, tu sais très bien que je préfère le Basmati ?!!"), les préparations de dîners (sourire au lèvre, maison impeccable et gibier en sauce) pour les collègues de Monsieur, les copains de moto ou de sport un peu enavhissants (surtout à l'heure de l'apéro), la lunette des toilettes qui fait une fixette à rester levée, les boules Quiès pour tâcher d'avoir son quotat minimum d'heures de sommeil, ou encore les caleçons et chausettes sales qui ne savent pas aller d'eux-mêmes dans un panier à linge initialement prévu pour les accueillir.

panier

Le panier à linge, cet objet pourtant si simple dont ne sait pas se servir l'humain de sexe masculin.

J'ai également pu goûté à la douceur d'un café préparé avec soin et porté jusqu'à mon lit, à l'offrande d'une petite fleur cuillie à mon attention rien qu'à moi lors d'une balade printamnière, le réconfort d'une épaule sur laquelle pleurer un bon coup dans les moments de grands désarroi que la vie sait faire parfois, le partage en toute simplicité d'une soirée à deux autour d'un film et d'un dîner amélioré préparé de concert, ou encore la découverte main dans la main d'un lieu magique...

 

N'oublions donc pas pour autant, que la vie de couple, c'est autant une histoire d'amour qu'une histoire de concessions.

Et que bon gré et parfois mal gré, on chemine ensemble mais aussi seul et qu'à un moment, nos chemins peuvent ne plus simplement nous mener vers le même point.

Ca, c'est donc un peu (beaucoup) mon histoire.

 

Je n'ai pas à proprement parler, "choisi" d'être célibataire. A un moment, je me suis juste retrouvée dans une situation de couple qui ne me convenait plus (et réciproquement) et il me fallait le plus naturellement du monde en finir. Me retrouver en solo étant alors devenu une étape nécessaire à mon propre cheminement.

Mon célibat n'est pas plus subi que choisi : c'est un stade de ma vie qui dure depuis plus d'un an maintenant et un stade qui me permet au fil du temps, d'apprendre à mieux me connaître et de réaliser des choses, que j'aurais peut-être, pu réaliser en étant accompagnée, mais qui importaient véritablement pour moi, d'accomplir seule.

 

Alors non, on n'est pas forcément célibataire parce qu'on a un caractère de chien, une tare ou un vice répugnant, qu'on est trop pénible à vivre ou trop exigeant... ou trop moche, trop con, trop timide, trop névrosé, trop si ou trop mi.

On se retrouve célibataire parce qu'on a sans doute simplement, besoin de cheminer seul à un moment donné.

 

2012-10-28 15

 

 

Posté par LadyParapluie à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


Commentaires sur Le Début du Commencement

Nouveau commentaire